post

Vendredi 30 avril aura lieu la 4ème controverse virtuelle du Hublot en ligne (virtuel.lehublot.net), cette fois-ci sur la question de l’emploi. Le numérique détruit nos emplois et en crée en même temps. Est-ce que l’équilibre a lieu ? De quel type sont ces nouveaux emplois ? La machine peut-elle substituer l’humain ? Quel est l’enjeu aujourd’hui ?

Cette émission débat à 19h, invitera Vincent Lambert, chercheur universitaire, qui présentera ses arguments contre le numérique alors que Damien Francheteau de la Fondation de Nice montrera comment le numérique crée de l’emploi. Les web reporters de Ligne16 présenteront le montage des avis recueillis des habitants sur cette question.

A 21h, Cyril Meroni en direct de Marseille, vous proposera une performance générative nommée “Advienne“.

PROGRAMME DU VENDREDI 30 AVRIL 2021

  • 18h00 / Atelier numérique : Découverte de l’environnement social VR et création d’avatar.
  • 19h00 / Emission Débat : Le numérique détruit-il nos emplois ? S’il est évident que la robotisation supprime des emplois, le numérique en crée aussi. D’ici 2025, le ratio va t-il s’équilibrer ? Peut-on redouter une société sans emploi et une précarisation croissante des personnes sous qualifiées ?

Invités :

Damien Francheteau, directeur de l’accès à l’emploi de la Fondation de Nice (non il en crée) & Vincent Lambert, chercheur universitaire (oui il détruit). Tous deux ont 10 minutes pour présenter leurs arguments. Suivi du reportage de Ligne 16 le média citoyen et participatif (http://www.ligne16.net/). Les web reporters ont recueilli l’avis des habitants sur la question, ils vous proposent un extrait son et images.

A partir de ces trois interventions, la parole est donnée au public, principalement dans l’espace virtuel. Les invités répondent aux interrogations.

  • 20h00 : Repas avec “menu de saison” par notre chef maison Hamou Ould Yahia.
  • 21h00 : Advienne, performance audiovisuelle générative de Cyril Meroni.

De combien de manières différentes pouvons-nous éprouver un même laps de temps ? Comment ce flou affecte-t-il notre façon de percevoir notre environnement ? Advienne met en perspective différentes temporalités au sein d’un dispositif audiovisuel spatialisé, englobant le spectateur.

Jouant avec notre perception du temps, cette performance générative nous oblige sans cesse à réajuster nos perspectives. Du concret à l’abstrait, des paysages en constante métamorphose nous entraînent dans des environnements mouvants.

Le projet est né de la rencontre et des échanges avec Alejandro Perez, chercheur physicien au Centre de physique fondamentale de Luminy. Ses recherches tentent d’unifier une physique dite classique, expliquant la plupart des phénomènes macroscopiques, aux dernières théories de mécanique quantique qui étudient l’infiniment petit, c’est à dire la matière invisible qui nous entoure et donc le temps dans ses fractions les plus infimes.

En s’inspirant librement de ces travaux théoriques, Advienne met en scène un espace où c’est notre manière d’observer le monde qui crée le temps. Ainsi la vitesse croissante, voire parfois exponentielle de notre sensation d’écoulement du temps pourrait peut-être diminuer, voire s’inverser, le temps d’une performance et créer le trouble ; un instant quasi méditatif afin de repenser notre rapport au monde.

En savoir plus dans le dossier détaillé des controverses virtuelles.